< Retour
Festival Mural

CRUSH Walls // Empowering the community with Public Art

3 octobre 2018

Du 3 au 9 septembre, la 9e édition de CRUSH Walls a rassemblé à Denver un collectif d’artistes locaux et internationaux impressionant. Centré sur l’idée de donner un certain pouvoir aux artistes, cela fait neuf années consécutives que CRUSH Walls utilise l’art public comme médium artistique pour embellir et diversifier le paysage urbain de la capitale du Colorado

 

Le quartier River North Art, aussi connu sous le nom de RiNo, est le foyer artistique et culturel de Denver, c’est ici que CRUSH Walls connu ses débuts. Le festival est la création de l’artiste Robin Munro, qui a pris l’initiative de créer un rassemblement pour les arts urbains. Depuis, l’événement a pris de l’ampleur, s’étendant sur plusieurs coins de rue et produisant une programmation culturelle et artistique variée.

 

Les six jours de festivités ont mis en vedette un grand nombre d’activités, voici les faits saillants de l’édition 2018.

Add Fuel & Jaune à l’exposition Juxtapoz Clubhouse

 

Une exposition, spécialement conçue par Juxtapoz Clubhouse, a amorcé le festival en beauté dans un entrepôt industriel. Dans une expérience immersive, l’événement présentait des artistes urbains de renommée internationale incluant Laurence Vallière, Add Fuel, Faith XLVII, Marie-Claude Marquis ainsi que des installations venant d’artistes tels que Brett Flannigan, Kristin Farr, Oliver Hawk Holden, et plusieurs autres artistes de talent.

 

Kristin Farr à l’exposition Juxtapoz Clubhouse

 

La soirée Bring Your Own Beamer a amener une touche d’interaction avec un concept original invitant des artistes pour un “Jam” de projecteur. Des oeuvres étaient ainsi projetées sur les murs pour la soirée d’ouverture avant d’être peinte au cours de la semaine suivante.

 

Secret Walls

 

Le classique Secret Walls est revenu pour un face à face entre deux artistes équipé d’un marqueur noir, un canevas et 90 minutes au chronomètre. Les artistes se sont ainsi affrontés dans une compétition d’illustration au style libre jusqu’à ce que le public choisisse un gagnant.

 

En collaboration avec des espaces créatifs locaux et des galeries dans le RiNo district, le festival a présenté plusieurs expositions qui ont mis en vedette l’œuvre des artistes qui ont participé à la 9e édition de CRUSH Walls. Ce fut une opportunité d’avoir un regard plus intime  intime et en connaître plus sur l’esprit créatif des artistes.

 

L’attraction principale de CRUSH Walls demeur les murales qui font leur apparition dans le RiNo durant la semaine du festival. Cette année à une fois de plus présenté des artistes locaux et des invités international qui ont eu le mandat de d’embellir les murs du fameux district.

 

Cryptik

©Instagrafite

 

Cryptik a laissé ses traces à Denver avec le style emblématique de ses Mantradalas provenant des l’artiste californien, présentant une œuvre époustouflante intitulé Sacred Land.

 

Shepard Fairey

©Rob Zagula

 

Avoisinant l’oeuvre de Cryptik, la marque distinctive de Obey Giant par Shepard Fairey a donné vie à Power and Equality. Une oeuvre qui porte le message de repousser contre le racisme et le forces qui tentent nous diviser, tout en affirmant son appui à l’art public

 

Add Fuel

 

Où l’est et l’ouest du district RiNo se rencontre, vous pouvez trouver Consensus, une murale créé par l’artiste portugais Add Fuel. En plus du design azulejo, Add Fuel a été inspiré par des motifs venant des cultures de l’Europe de l’Est, le moyen-orient et l’Afrique, reflétant notre société qui est issue de plusieurs cultures différentes.

 

Smithe 

©Instagrafite


Poni

©Instagrafite

 

En collaboration avec Galerie Balneario, Smithe et Poni ont chacun pris d’assaut un mur qui fut décoré par l’art surréaliste de Smithe et la puissance féminine de Poni.

 

Mike Giant, Patrick Kane Mcgregor & Jason Garcia

©Crush Walls

 

CRUSH Walls continue sa collaboration avec les artistes locaux alors que Jason Garcia, Mike Giant et Patrick Kane McGregor ont combinés leur vision et talent pour une création photoréaliste d’un portrait pris par le photographe James Stolzenbach.

 

Nina Simone

©Instagrafite

 

La murale de Détour a encore été inspiré par la culture Afro-Américaine avec un portrait de Nina Simone, une icône de la musique.

 

Birdcap

 

Le style éclectique de Birdcap a fait une apparition durant le festival alors qu’il a eu la chance de produire des oeuvres dans sa ville natale.

Pour la liste complète des artistes qui ont participés a la 9e édition de CRUSH Walls, visitez crushwalls.org – Nous avons hâte de voir ce que le 10e anniversaire de CRUSH Walls nous réserve.

 

Texte par Rene Ricardo Bernal

 

 

Derniers articles

Festival Mural

Résumé de Pow! Wow! Worcester 2018

Ce qui rend ce festival aussi unique et admirable, c’est son objectif de supporter et d’inspirer la jeunesse de Worcester. Plusieurs des…

En savoir +
Festival Mural

#TravelTuesday – Barcelone

Dans le monde de l’art et du design, Barcelone est souvent associée à des géants de l’art moderne comme Miró, Gaudí, Dalí et Picasso. Pourtant…

En savoir +
Festival Mural

Cryptik – Un art public sacré

L’esthétique des mandalas, ainsi que leur valeur spirituelle ont grandement inspirés la création des Mantradalas de l’artiste de r…

En savoir +