< Retour
Festival Mural

Quelques murales pour célébrer le Mois de l’histoire des Noirs

19 février 2018

Depuis un peu plus de 40 ans, le mois de février est devenu le Mois de l’histoire des Noirs, un événement célébré aux États-Unis, au Canada et dans plusieurs autres pays du monde.

En réponse au profilage racial et aux préjugés dont la communauté noire a été et est encore victime, mais encore plus pour souligner de grandes personnalités et de grands événements, un mois complet de célébrations est dédié à leurs contributions historiques, culturelles et sociales, qui sont nombreuses et malheureusement trop souvent oubliées.

Politiciens, hommes d’affaires, journalistes et autres ont depuis montré leur soutien à la communauté noire et rendu hommage à certains grands personnages avec des discours et des textes. Et, quand les mots n’étaient plus suffisants pour exprimer la fierté ressentie, des artistes visuels ont communiqué ces émotions à travers un grand nombre de créations. Ayant aussi le pouvoir d’outrepasser les barrières linguistiques et de rejoindre un plus grand public, ces œuvres sont vite devenues des symboles d’affirmation culturelle.

Alors que la thématique du Mois de l’histoire des Noirs à Montréal est « L’histoire des Noirs s’écrit chaque jour! », nous avons rassemblé quelques murales mettant de l’avant des personnalités bien connues et d’autres visages un peu moins familiers qui vous rappelleront que les contributions de la communauté noire se font tous les jours et dans plusieurs milieux.

 

1. Basquiat/Jay Z par Owen Dippie

Poète, musicien et artiste de rue acclamé, le travail de Jean-Michel Basquiat, empreint de commentaires politiques sur les structures établies du racisme, a marqué les esprits dans les années 70. Étant fan à la fois de Basquiat et de Jay Z, l’artiste néo-zélandais, Owen Dippie, a créé cette murale dans Brooklyn, là où Basquiat et Jay Z ont grandi, comme un jeu de mots basé sur les paroles du populaire rapper et homme d’affaires « It ain’t hard to tell I’m the new Jean Michel. »

2. Long live the dead queen serie par Mary Sibande

Habillés d’un hybride de l’uniforme d’une domestique mélangé à d’extravagantes robes victoriennes, ces portraits créés par l’artiste sud-africaine en 2010 se voulaient une critique de l’image stéréotypées des femmes noires.

3. Oliver Jones par Dan Buller & Five8, produit par MU

Le portrait de ce grand pianiste et professeur montréalais a été immortalisé dans le quartier où il a grandi, en 2014, alors qu’il célébrait son 80e anniversaire, comme un hommage à son engagement dans la scène culturelle, mettant le jazz montréalais sur la carte.

4. Le Mois de l’histoire des Noirs par Ernie Pryor

Alors que la première célébration du Mois de l’histoire des Noirs a eu lieu à la Kent State University, organisé par des étudiants et certains professeurs, Ernie Pryor a créé cette murale sur les murs du Centre de la culture pan-africaine de l’Université comme un hommage à ses fondateurs.

5. Jimi Hendrix par Nychos

Celle-ci n’a pas besoin d’introduction. Connu comme l’un des musiciens les plus influents de l’histoire de la musique populaire, Jimi Hendrix a été un modèle pour de nombreux afro-américains aspirant devenir musiciens. Cette oeuvre par Nychos, qui faisait partie de la foire d’art de Juxtapoz Cluchouse en 2017, est inspirée d’une de ses populaires chansons, « Purple Haze ».

6. Martin Luther King Jr. par Kobra

Un des événements les plus importants dans la lutte pour l’égalité raciale : le discours « I have a dream » de Martin Luther King Jr.

“I have a dream that my four little children will one day live in a nation where they will not be judged by the color of their skin, but by the content of their character. I have a dream today!”

Pour Kobra, cette oeuvre recréant l’événement symbolique évoque espoir, inspiration et sensibilisation.

7. La personne la plus âgée au monde par Sebastien Waknine

Rencontrez Susannah Mushatt Jones. Elle avait 116 ans et était la personne la plus âgée au monde et la dernière Américaine vivante ayant vécue au 19e siècle lorsqu’elle a reçu le record Guinness en 2015. Au cours de sa longue vie, elle a contribué à la société à sa propre manière, en établissant un fond de bourses d’études pour les étudiants afro-américains à son ancienne école secondaire.

8. Jackie Robinson par Fluke Art

Lorsque les Dodgers ont proclamé la fin de la ségregation raciale dans le monde du baseball professionnel pour lui, Jackie Robinson est devenu le premier Afro-Américain à jouer dans la Ligne de Baseball Majeure.

Artiste montréalais et fondateur d’A’Shop, Fluke a rendu hommage à cet exemple pour les jeunes athlètes noire et inspiration pour les militants des droits civiques avec cette impressionnante oeuvre peinte à l’occasion de la 5e édition du Festival Mural.

9. The Resurrection par Aniekan Udofia

Hommage à l’héritage de la communauté noire à la scène jazz, cette oeuvre colorant ce club de jazz dans Washington DC met en vedette quelques personnalités qui ont marqué l’histoire afro-américaine avec leur musique :

> Ella Fitzgerald, chanteuse jazz, surnommée la Reine du Jazz et la First Lady of Song;

> Miles Davis, trumpettiste et compositeur jazz, et l’un des musiciens les plus acclamés de l’histoire du jazz;

> John Coltrane, saxophoniste et compositeur, mais aussi gagnant d’un prix Pulitzer et canonisé au nom de Saint John William Coltrane;

> Bud Powells, pianiste jazz et importante personnalité dans le développement du jazz moderne.

10. Le Freedom Wall par John Baker, Julia Bottoms, Chuck Tingley et Edreys Wajed

De Rosa Parks à Angela Davis en passant par Malcom X, le “Freedom Wall” de Buffalo met en vedette 28 personnalités locales et nationales importantes dans l’histoire afro-américaine afin de mettre en lumière les luttes historiques et continues d’inégalités sociales et politiques. En plus d’encourager la conversation autour du long périple pour l’égalité et la liberté, cette murale avait pour but de mettre en valeur le fait que ce n’est pas l’oeuvre d’une seule personne et qu’il n’y a pas qu’un moyen de participer, tout le monde peut contribuer à sa propre manière.

Derniers articles

Festival Mural

Unframed, épisode 2 : Fluke

Après avoir exploré l’art explosif et revendicateur de MissMe, Unframed s’attarde cette semaine au fondateur d’A’shop, l’artiste F…

En savoir +
Festival Mural

Les essentiels de la photographie de street art selon @Droos86 et @Timjentsch

L’une des fatalités de l’art de rue est son caractère éphémère. C’est là que les photographes d’art de rue entrent en jeu.

En savoir +
Festival Mural

Unframed, épisode 1 : MissMe

Pour ce premier épisode d’Unframed, André Bathalon interview l’artiste MissMe.

En savoir +